Paroles aux acteurs

Visite historique de Yannick Noah à l’académie OTA au Cameroun

0

La légende vivante du tennis français et camerounais, en vacances au pays, profite pour visiter le centre de formation “Oyebog Tennis Academy“ (OTA), situé à Souza, une banlieue de Douala la capitale économique.

Oyebog Tennis Academy, fondée par Joseph Oyebog en 1999, est un centre de formation de jeunes joueuses et joueurs de tennis construit sur six hectares à Souza, dans l’arrondissement de Fiko, région du Littoral au Cameroun. Après 23 ans de rêve et de dur labeur, l’ancien sparring-partner des sœurs Williams (Serena et Venus) réussit à réaliser son rêve de gosse et donner la chance à de milliers d’enfants de pratiquer le tennis dans un cadre d’exception.

Le lundi 8 février 2021, restera une date inoubliable, une date à jamais gravée dans la mémoire des jeunes académiciens de OTA mais aussi pour ce grand champion qui a donné et continue de donner tant de joie et de bonheur à tout un continent.

En effet, c’est la date choisie par la légende du tennis Yannick Noah, vainqueur de Roland Garros en 1983, vainqueur de trois Coupes Davis, détenteur d’une Fed Cup et capitaine de l’équipe de France pour parcourir avec ravissement et étonnement les coins et recoins de l’académie Camerounaise : « Je suis émerveillé. Déjà, ça fait plaisir de revoir mon ami Jo (Joseph OYEBOG, ndlr). Cela fait longtemps qu’il m’a parlé de son projet…. J’étais incroyablement surpris, positivement. Je ne pensais pas qu’il y avait cette qualité. Certes, il y a encore beaucoup de travail, mais je suis agréablement surpris ! Surpris par le lieu, surpris par le niveau des infrastructures et par la qualité du jeu des enfants que j’ai vus à la pratique.
Donc pour moi, c’est une très belle journée ».

Devant une presse qui lui demandait si avec l’existence de ce centre, on pouvait rêver à un prochain champion comme lui, le père de Joachim a répondu : « Je pense qu’il faut commencer par les débuts. Je crois qu’en général, pour ce qui est du tennis, on a un vrai problème de structure. Je ne pense pas qu’il y ait un problème de talents. Et pour avoir des structures comme celles-là, c’est un travail de longue haleine. Profitons déjà de ce lieu, essayons de le faire grandir, et dans un deuxième temps on pourra essayer d’avoir des joueurs ».

Le seul Africain vainqueur d’un Grand Chelem à ce jour, a passé quatre heures au centre, aux côtes de Joseph Oyebog, dont une bonne demi-heure avec les pensionnaires de ce centre à dispenser de nombreux conseils avant de promettre de revenir. Il faut noter que la Oyebog Tennis Academy se prépare déjà pour l’organisation des tournois Internationaux ITF Juniors au courant de l’année 2022.

David EYENGUE NZIMA au Cameroun

OTA, un projet d’exception pour l’Afrique

Previous article

Félix Auger-Aliassime : les jambes, la tête et le coeur

Next article
Login/Sign up