Francophonie

Interview de Valéry GUERS, Leader Franchise Décathlon Afrique/Océan Indien

0

1) DG de Decathlon Maurice et Leader Franchises Afrique, vous avez une vie professionnelle palpitante autour du sport. Qui est Valéry Guers ? 

Avec 30 ans d’expérience au sein de Decathlon, je mets 100 % de mon énergie depuis 6 ans maintenant en Afrique, à mettre en œuvre notre sens de rendre le sport accessible au plus grand nombre.

En tant que sportifs, nous connaissons les bienfaits de la pratique sportive et la mission de Decathlon est bien celle alliant technicité et accessibilité, en proposant des produits de qualité pour les débutants, les pratiquants réguliers et professionnels au meilleur rapport qualité prix localement.

A ce jour, nous avons initié notre aventure dans 10 pays africains, et nos équipes locales oeuvrenttous les jours pour créer l’envie et faire découvrir de nouvelles pratiques sportives aux habitants afin de permettre à tous de pouvoir s’initier ou pratiquer un ou plusieurs sports.

2) Decathlon est installé en Côte d’Ivoire depuis 2016. Que pouvez vous nous dire sur cette aventure ivoirienne et africaine ? “et quelle place occupe le tennis dans vos rayons ? 

La Côte d’Ivoire a été notre premier pays ouvert en Afrique sub saharienne, pays dans lequel j’ai vécu pendant deux ans avec ma famille, pour essayer de comprendre les besoins et ainsi accompagner nos équipes sur les solutions pertinentes pour mettre en oeuvre notre sens.

Notre démarche n’a aucunement été de dupliquer notre modèle européen en Afrique, mais plutôt de re-créer le Decathlon local pour répondre au mieux aux besoins de la population et au marché local. Il n’y a donc pas de concept type en Afrique, néanmoins nous proposons dans tous nos pays d’Afrique sub saharienne une multitude de sports, 50 en moyenne. La part du tennis, toute proportion respectée, est approximativement équivalente à celle de l’Europe, sachant que notre offre est beaucoup plus essentielle et centrée uniquement à ce jour sur le joueur débutant et régulier.

3) Qu’elles sont vos prochaines visées en Afrique ? et comment comptez vous promouvoir, sur ce continent, le concept “Solidarité Sport“ qui vous tient tant à cœur ?  

Je suis aujourd’hui localisé à Maurice où nous travaillons à l’ouverture de notre plateforme logistique “hémisphère sud” afin de pouvoir proposer la bonne offre au bon prix à l’ensemble des pays africains de l’hémisphère sud. L’ouverture de cette plateforme logistique est prévue pour cette année et elle sera suivie en 2021 par l’ouverture du retail sur Maurice, qui sera donc notre 11ème pays africain ouvert.

Ainsi, en permettant une disponibilité plus grande de nos produits au sud de l’équateur, nous nous donnons plus de chance d’accélérer la mise en œuvre de notre sens en Afrique.

Le continent est grand, notre ambition est de “toucher un maximum de vies”, au sens où nous voulons permettre à un maximum de personnes de pouvoir faire du sport et donc de bénéficier de ses bienfaits. 

Nous étudions de ce fait toutes les opportunités qui se présentent à nous car l’Afrique, c’est 54 pays !

4) L’Afrique francophone est sur le point de se doter d’infrastructures de tennis de haut niveau pour soutenir la progression de ses athlètes vers l’élite mondiale.  Qu’en pensez vous et comment, éventuellement, votre enseigne peut-elle soutenir ce développement ? 

Ce continent, jeune et sportif a beaucoup d’atouts pour être présent dans de nombreuses disciplines au devant de la scène internationale. Les deux carences principales du continent sont les infrastructures sportives, tant au niveau de leur qualité que de leur quantité, et la non disponibilité des produits sportifs a un prix accessible pour soutenir les besoins des pratiquants.

Je trouve remarquable que l’Afrique francophone envisage de se doter d’infrastructures de tennis de haut niveau afin de soutenir la progression de ses athlètes et par la même, de donner envie à encore plus d’Africains de pratiquer le tennis. 

En ce qui nous concerne, notre soutien portera sur notre capacité à proposer des produits de qualité à des prix accessibles pour tous les niveaux de pratique, du débutant au professionnel, pour permettre à un maximum de personnes de s’adonner à ce sport.

5) Pour finir, un mot sur “Africa Tennis Mag“ ?

Je trouve que l’Africa Tennis Mag est une très belle initiative pour aider à développer la pratique du tennis au niveau de l’Afrique francophone. Je m’en réjouis car le sport est un formidable vecteur de développement, d’éducation, de santé et de progrès social. Bravo et bons vents porteurs à vous !

Interview d’Eliakim Coulibaly

Previous article

Entretien exclusif de Madani M. TALL à retrouver dans le Mag

Next article

You may also like